Décès du père Michel Cancouët

Ses obsèques auront lieu le jeudi 12 décembre 2013, à 10h30,
en la chapelle des Soeurs des Saints Coeurs à Paramé,
suivies de l’inhumation au cimetière de la Roche-du-Theil à 15h30.

Né à Rennes le 24 mai 1931, Michel Cancouët fait ses études secondaires chez les Eudistes, à Saint-Martin de Rennes de 1942 à 1948. Après le baccalauréat, il intègre le noviciat eudiste de la Roche-du-Theil, le 29 septembre 1948. Dix-huit mois de service militaire au Maroc, en 1951-1952, séparent ses études de philosophie de celles de théologie, qui seront couronnées par une licence en théologie à l’Angélique de Rome en 1956. Auparavant, il avait été incorporé à la Congrégation le 4 juin 1954, et ordonné prêtre à Redon le 4 juin 1955. Une première obédience, en octobre 1956, l’envoie au collège Sainte-Marie de Caen, où il prépare, en même temps qu’un travail de surveillance des élèves, une licence ès-lettres qu’il obtient en 1958.

A partir d’octobre 1960, c’est un changement total d’orientation qui l’attend : l’Afrique de l’Ouest et l’enseignement de la théologie. Pendant dix-sept ans, il est professeur au grand séminaire d’Anyama en Côte d’Ivoire. Durant le Concile Vatican II, il accompagne les évêques de l’Afrique de l’Ouest comme théologien, à partir d’octobre 1962 ; le 9 octobre 1963 il est nommé expert au Concile.

Son expérience africaine, sa présence au Concile lui ont fait souhaiter l’établissement à Abidjan d’un Institut universitaire africain de théologie pour mieux implanter l’Église en Afrique de l’Ouest. Malgré le désir de Mgr Yago, archevêque d’Abidjan, de le garder pour le recyclage des prêtres et comme conseiller théologique personnel, le père Cancouët revient en France, en juillet 1977, et passe une année d’études théologiques à Paris.

En septembre 1978, il est envoyé au grand séminaire de Caen comme professeur de théologie ; il y restera 14 ans, faisant bénéficier de son enseignement apprécié futurs prêtres, diacres permanents, religieuses et laïcs de Normandie. L’archevêque

de Rennes et le supérieur provincial lui confient en septembre 1992, la charge d’enseigner la théologie aux séminaires de Rennes et de Vannes. En même temps, il continue prédications, retraites, conférences à divers groupes. Il intervient également dans l’équipe des formateurs de l’école de la foi à Coutances.

Depuis 2006, Michel Cancouët fait partie de la communauté Saint-Louis à Paramé. Malgré sa maladie, il est resté un confrère soucieux de ses confrères et de sa communauté et préoccupé de la réception du Concile Vatican II. Au printemps dernier, il a publié son journal du Concile : « L’Afrique au Concile – journal d’un expert » (Presse Universitaire de Rennes).

Sous des dehors parfois provocateurs, le père Cancouët laisse le souvenir d’un prêtre formateur à l’esprit clair et au dévouement total, selon l’esprit de saint Jean Eudes. Avec pédagogie, il a aidé beaucoup de prêtres, de soeurs, et de nombreux laïcs à goûter la théologie. Et son humour va apporter un surcroit de joie au ciel.

Comme le prescrivent nos Constitutions, nous célébrerons deux fois la messe à son intention et continuerons à prier pour lui.

 

 

Laurent Tournier, c.j.m.

Provincial de France des Eudistes

 

 

 

 

Back to top