Doctorat

 

Les dernières actus du Doctorat…

3 décembre 2016 : rencontre entre le Mgr Luc Crepy, P Camilo Bernal Hadad, et soeur Marie-Françoise Le Brizaut avec le pape François.

10 février 2015 : soutien de la conférence épiscopale de la Colombie à la cause du doctorat de saint Jean Eudes (voir plus)

Février 2015 : publication du Cahiers Eudistes n°23 : « Saint Jean Eudes, docteur de l’Eglise ? Eléments de doctrine théologique, pastorale et spirituelle. »

Janvier 2015 : soutien de la conférence épiscopale du Honduras à la cause du doctorat de saint Jean Eudes.

Suite de la chronologie...

 

Saint Jean Eudes un jour « docteur de l’Eglise » ?

Le saint français Jean Eudes (1601-1680), apôtre du Cœur de Jésus et Marie, pourrait être un jour déclaré « docteur de l’Eglise » : Camilo Bernal Hadad, supérieur général des Eudistes, et Mgr Luc Crepy, évêque du Puy-en-Velay, ont plaidé sa cause devant le pape François, le 3 décembre 2016.

Lors d’une audience au Vatican, l’évêque postulateur de la cause du doctorat, ainsi que des représentants colombiens et français de la famille eudiste, ont parlé au pape du saint fondateur des Sœurs de Notre-Dame de la Charité du Refuge – qui se consacrent notamment à la réhabilitation des femmes prostituées – et de la Congrégation de Jésus et Marie (eudistes).

Un saint peut devenir « docteur de l’Eglise » si « sa doctrine, mais aussi ce qu'(il) a fait, peut concerner l’Eglise au niveau universel », a expliqué Mgr Crepy à Radio Vatican après la rencontre.

Pour l’évêque, « l’actualité de saint jean Eudes touche la spiritualité des prêtres diocésains ». En effet, « saint Jean Eudes a beaucoup travaillé au service des diocèses, les eudistes ont été fondés au service des diocèses ». Il avait à cœur d’aider les prêtres diocésains à « vivre profondément leur ministère de prêtres », ministère qui a pour mission de « faire naître, vivre, régner (…) Jésus dans le cœur de chacun ».

Saint Jean Eudes avait « une dévotion très très forte pour le cœur de Jésus, souligne encore Mgr Crepy, puisqu’il était le premier à célébrer liturgiquement dans l’Eglise le cœur de Jésus ». Il souhaitait que les baptisés ne fassent « qu’un seul cœur avec le cœur de Jésus », qu’ils vivent « une vraie intériorité » avec le Christ.

Le pape a été « très à l’écoute, très fraternel, très simple et très intéressé » par les échanges, assure l’évêque français : « Il semblait vraiment intéressé par la personnalité de saint Jean Eudes, et ce que saint Jean Eudes pouvait apporter aujourd’hui (…) Il nous a dit qu’il allait sans doute soutenir notre projet mais nous ne laissons agir, nous n’allons pas nous mettre à sa place ».

Les prochaines étapes pour le doctorat, précise-t-il, seront de justifier l’actualité de la doctrine de saint Jean Eudes. La rencontre avec le pape est « un encouragement pour aller dans ce sens ».

Benoît XVI avait évoqué saint Jean Eudes en ces termes lors d’une catéchèse en 2009 : « Animé par la conscience lucide du grave besoin d’aide spirituelle, dont les âmes étaient victimes également en raison du manque de préparation d’une grande partie du clergé, le saint, qui était un curé, institua une Congrégation consacrée de manière spécifique à la formation des prêtres. Dans la ville universitaire de Caen, il fonda son premier séminaire, une expérience extrêmement appréciée, qui se diffusa bientôt largement dans d’autres diocèses. Le chemin de sainteté, qu’il parcourut et qu’il proposa à ses disciples, avait pour fondement une solide confiance dans l’amour que Dieu a révélé à l’humanité dans le Cœur sacerdotal du Christ et dans le Cœur maternel de Marie. (…) Il voulait attirer à nouveau au cœur les personnes, les hommes et surtout les futurs prêtres, en montrant le cœur sacerdotal du Christ et le cœur maternel de Marie ».

« Aujourd’hui aussi, avait-il souligné, on ressent le besoin que les prêtres témoignent de l’infinie miséricorde de Dieu à travers une vie entièrement ‘conquise’ par le Christ, et apprennent cela dès les années de leur préparation dans les séminaires ». « Chaque prêtre doit être témoin et apôtre de cet amour du cœur du Christ et de Marie ».

Zénit 5 décembre 2016

Saint Jean Eudes, Docteur de l’Église ?

Qu’est-ce qu’un « Docteur de l’Église » ? De tout temps, l’Église offre aux fidèles le témoignage de saints et de saintes qui peuvent les guider dans leur suite du Christ, dans leur intelligence de la foi et dans leur vie chrétienne. Au cours des siècles, l’Église a accordé le titre de « Docteur de l’Église » à des hommes et des femmes, très divers, dont la sainteté de vie et l’enseignement (la réflexion et la doctrine) constituent une richesse et une référence pour la vie de tous les baptisés. Actuellement l’Église a attribué le titre de « Docteur » à 35 saints (31) et saintes (4). En 1991, l’assemblée des évêques de France a voté son soutien à la cause de sainte Thérèse de Lisieux qui fut déclarée Docteur de l’Église par le pape Jean-Paul II en 1997.

Les Eudistes et les Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur, et plus largement la Grande Famille Eudiste, souhaitent soumettre au discernement de l’Église la reconnaissance de saint Jean Eudes comme Docteur de l’Église. En novembre 2014, les évêques de France ont voté leur soutien à l’ouverture de la cause du doctorat.

 

Pourquoi saint Jean Eudes, docteur de l’Église ? L’Église a d’abord reconnu dans la sainteté de Jean Eudes – père, docteur et apôtre du culte liturgique des Cœurs de Jésus et de Marie -, le prêtre missionnaire, le formateur de prêtres et le pasteur miséricordieux, capable d’entraîner le peuple chrétien dans la célébration liturgique de l’amour de Dieu, grâce à cette image forte du Cœur. Sa doctrine et ses écrits sont un appel constant aux chrétiens : prendre conscience et vivre de la richesse et de la dignité de leur vie baptismale, chemin d’union au Christ, afin de ne faire qu’un seul cœur avec Lui. Marie est la figure parfaite et universelle de la vie dans le Christ, elle dont le cœur ne fait qu’un avec celui de son Fils. Tous ces éléments plaident en faveur d’une plus grande reconnaissance de la part de l’Église pour le bien de tout le peuple chrétien.

« Pour l’Evangélisation, il n’y pas besoin de propositions mystiques sans un fort engagement social et missionnaire, ni de discours et d’usages sociaux et pastoraux, sans une spiritualité qui transforme le cœur. […] Il faut toujours cultiver un espace intérieur qui donne un sens chrétien à l’engagement et à l’activité.» (Evangelii Gaudium § 262).Ces propos récents du pape François, résument ce que furent la vie et l’enseignement de saint Jean Eudes : il vécut de manière inséparable le service de la miséricorde, l’annonce de l’Evangile et la formation de Jésus dans les cœurs. Les chrétiens peuvent trouver en Jean Eudes, maître de vie chrétienne, une nourriture et un souffle profond pour vivre pleinement leur baptême comme disciples-missionnaires du Christ et témoins de la miséricorde.

 

La fécondité spirituelle de saint Jean Eudes : En France et bien plus largement en de nombreux endroits dans le monde, la fécondité apostolique et spirituelle de saint Jean Eudes est source de dynamismes nouveaux dans l’histoire de l’Église. Ainsi en témoignent, sur les cinq continents, divers instituts religieux dont les fondatrices comme sainte Marie-Euphrasie Pelletier (Notre Dame de Charité du Bon Pasteur), sainte Jeanne Jugan (Petites Sœurs des Pauvres), la Vénérable Amélie Fristel (Saints Cœurs de Jésus et de Marie), et d’autres encore, s’inscrivent tant dans la veine spirituelle de Jean Eudes que dans son charisme de miséricorde auprès des plus pauvres et des personnes en difficulté. L’actuel procès de canonisation de Sœur Maria Droste zu Vischering (Bon Pasteur), qui invita le pape Léon XIII à consacrer le monde au Cœur de Jésus (1899), souligne combien l’histoire de l’influence de saint Jean Eudes laisse percevoir l’actualité de ce projet de Doctorat.

 

Documents :

Saint Jean Eudes, Docteur de l'Église ? [newsletter n°1, juillet 2014]

Éléments en faveur du doctorat de saint Jean Eudes

Saint Jean Eudes peut-il être proclamé Docteur de l'Église : un document du P. Lebesconte, rédigé à l'occasion de la première demande de doctorat (1948)

Cahier Eudiste n°23

 

Chronologie du doctorat

9 décembre 2014 : soutien de la conférence épiscopale de l’Equateur à la cause du doctorat de saint Jean Eudes.

18 novembre 2014 : lettre de Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France au Pape François, présentant le soutien de l’assemblée des évêques français au doctorat de saint Jean Eudes.

14 novembre 2014 : soutien de la conférence épiscopale du Mexique à la cause du doctorat de saint Jean Eudes.

7 novembre 2014 : soutien de la conférence épiscopale de France à la cause du doctorat de saint Jean Eudes.

Septembre 2014 : sensibilisation des évêques canadiens à la cause du doctorat de saint Jean Eudes. Publication de : « Saint Jean Eudes. Prêtre-missionnaire et l’Eglise en Nouvelle-France » par F. Thibodeau.

11 juillet 2014 : soutien de la conférence épiscopale du Venezuela à la cause du doctorat de saint Jean Eudes.

Juin 2014 : création d’un Comité de Soutien français à la cause du doctorat avec des cardinaux, évêques, supérieurs majeurs de France.

Mai 2014 : rencontre de la Conférence épiscopale du Bénin et du Conseil de la Congrégation sur le thème du doctorat de saint Jean Eudes.

Février 2014 : présentation d’un mémorandum «  Brève présentation de la Cause de saint Jean Eudes, docteur de l’Eglise » à la commission doctrinale de la Conférence des évêques de France qui donne un avis favorable.

Décembre 2013 : Nomination du postulateur (eudiste) de la Cause, et d’une vice-postulatrice (Notre Dame de Charité du Bon Pasteur).

Janvier 2012 : l’Assemblée générale de la Congrégation de Jésus et Marie (eudistes) demande que la question du doctorat de saint Jean Eudes soit ouverte de nouveau.

28 février 2002 : demande d’évêques canadiens au Supérieur général des eudistes de reconsidérer la cause de saint Jean Eudes, docteur de l’Eglise. Cette cause avait déjà été lancée en 1948, par le P. Lebesconte, Supérieur général.

Back to top