Etablissements scolaires

D’où vient l’engagement eudiste dans l’enseignement catholique ?

Durant le 1er Empire, les Eudistes ont reçu de l’archevêque de Rennes la responsabilité d’un collège. Ce collège est devenu le lycée Saint-Martin et est toujours sous tutelle eudiste. Le même évêque a ensuite confié aux eudistes le collège Saint-Sauveur de Redon. Ainsi ont-ils été reconnus peu à peu comme congrégation enseignante. En 1905, les eudistes prendront la direction du collège saint Jean-Hulst à Versailles.

Lors du Concile Vatican II, dont vous avez entendu parler ces derniers temps car nous fêtons les 50 ans de son ouverture, le pape Jean XXIII a demandé à chaque congrégation de revenir à ses intuitions initiales. Ceci a provoqué chez les Eudistes une grande transformation. La direction de la plupart des collèges a été remise à des laïcs, et la plupart de nos établissements ont été remis aux diocèses.

 

3 établissements sous tutelle eudiste

Aujourd'hui, trois établissements sont placés sous tutelle eudiste. Par cette tutelle, les eudistes, par l'implication de prêtres dans l'animation pastorale, se préoccupe de l'éducation des enfants à l'école de la spiritualité de saint Jean Eudes. Ils prennent ainsi en compte les 4 dimensions d'une personne humaine : la vie corporelle, la vie intellectuelle, la vie spirituelle et la vie affective.

Ces trois établissements sont :

Collège Lycée Saint Martin de Rennes : ce collège - lycée de 2200 élèves propose une formation générale et technique. On y retrouve les grandes filières générales ainsi qu'un BTS "Service et Prestations des Secteurs Sanitaire et Social" et une filière Médico Sociale. Le lycée dispose également d'une section européenne, d'une section orientale. Sur le site de Ste Geneviève, une section Design est ouverte ainsi qu’un lycée du soir.

Saint Jean Hulst (Versailles) : de la maternelle à terminale, cet établissement forme les élèves en vu d'un baccalauréat général. Il compte 3000 élèves.

Le Bon Sauveur (Vésinet) : cet établissement de 1400 élèves accueil des jeunes de la primaire à la terminale et propose une formation au baccalauréat général.

 

Un réseau intertutelle de 3 congrégations

Depuis le début des années 2000, les Eudistes sont présents d’une autre manière dans l’enseignement catholique, par l’exercice de la tutelle. C’est à ce moment-là qu’est née une dynamique intertutelle. C’est une fédération de trois  congrégations proches qui s’entraident à vivre la tutelle. Après des variations dans la composition, cette mutualisation de l’exercice de la tutelle rassemble les réseaux de l’Oratoire, des Lazaristes et des Eudistes. Cette association permet la mise en relation des établissements au travers d’orientations éducatives communes, de sessions de formation et de journées de réflexion des chefs d’établissement.

Si saint Jean-Eudes a fondé les Eudistes pour la formation des prêtres, il a aussi voulu en faire une congrégation missionnaire. C’est pourquoi en 2011, l’assemblée provinciale des Eudistes de France a reconnu à l’unanimité que l’Enseignement catholique est un lieu de mission. Ainsi les Eudistes aident l’Église de France en contribuant avec d’autres à la part congréganiste de l’Enseignement catholique.
Les Eudistes ont ainsi la conviction qu’au travers du charisme de chaque congrégation, c’est toute une ouverture spirituelle et anthropologique qui est offerte aux jeunes et à leurs familles pour contribuer à la construction du monde et de la société.

 

Les établissements

 

 

Back to top