Assemblée Générale 2017

Si l’Assemblée générale a débuté le 2 janvier, les délégués des différentes sont arrivés dans les jours précédents. Ils ont été accueillis par la communauté Eudiste du Mexique dans les salles de la Paroisse Santa Maria de Guadalupe. L'accueil des Eudistes, des associés et des collaborateurs est d'une grande fraternité : accueil à l'aéroport, visites de tourisme, ... chacun a été accueilli avec une grande générosité, un peu de Tequila aussi.

Le 2 janvier,  le repas de midi a été bien festif et a permis à chacun de se retrouver dans une fraternité bien eudiste. 

Tous les participants de l’Assemblée ont pris un bus pour rejoindre Casa Lago, une maison de la Conférence épiscopale du Mexique où se déroule l’Assemblée.

Le 3 janvier, l’Assemblée a débuté dans une ambiance fraternelle, avec une prière à l’Esprit Saint et une action de grâce par le psaume 94.

Elle se compose de 28 membres et de 3 associés. Il manque 2 confrères de Côte d’Ivoire qui n’ont pas eu le visa de transit.

L’eucharistie fut présidée par le Père Général.

Les séances de travail ont débuté avec les élections des modérateurs des séances, le secrétaire et son adjoint et les scrutateurs pour les élections.

Après l’installation officielle de l’Assemblée Générale, celle-ci est entrée dans un temps de retraite coordonné par le P. Fidel Oñoro, sur la formation de Jésus en nous.

Ce thème fut décliné en 4 points de vue : 

  • Biblique : Guillermo ACERO 
  • Spiritualité eudiste : Jean-Michel AMOURIAUX
  • Théologique : Gilles OUELLET 
  • Pastoral : Carols TRIANA

 Le mercredi 4 janvier eut lieu l’élection du président pour présider l’élection du Supérieur général. C’est le Père Carlos Guillermo Álvarez qui a été élu.

À 11h30 Père Carlos Alvarrez prend la parole comme président de l'élection du Supérieur Général pour une exhortation sur la fonction du Supérieur Général.

Jeudi 5 janvier, le Père  Camilo Bernal a présenté à l’Assemblée, son rapport comme Supérieur général de la CJM. Puis ce fut Milton Lopez, comme économe général.

Les pères Fidel Oñoro, Camilo Bernal y Milton López: vicaire général, supérieur général et économe général,

Possibilité de suivre aussi l’Assemblée Générale sur http://cjm66asamblea.blogspot.mx/

Lors de l’Assemblée Générale au Mexique, le Père Jean-Michel AMOURIAUX a été élu, Supérieur Général de la Congrégation de Jésus et Marie, pour un premier mandat de 5 ans.

Il occupait la fonction de Supérieur Provincial de la Province de France et recteur du séminaire saint Yves de Rennes.

La profession de foi du Père Jean-Michel AMOURIAUX, nouveau Supérieur général : http://cjm66asamblea.blogspot.fr/2017/01/profession-de-foi-du-pere-jean-michel.html

Le message du Père Jean-Michel Amouriaux : http://cjm66asamblea.blogspot.fr/2017/01/message-de-p-jean-michel-amouriaux.html

Vatican, 30 décembre 2016

Cher Père Général,

Je désire saluer les Pères de la Congrégation de Jésus et Marie, réunis pour leur 66è Assemblée Générale, et j'invoque sur eux l'assistance de l'Esprit Saint, pour que leurs délibérations répondent aux défis de l'œuvre apostolique qui leur a été confiée et, surtout la sanctification de chacun des membres de cet Institut religieux.

Je les exhorte à reprendre en fidélité le charisme de saint Jean Eudes, la formation selon le modèle de Jésus, en redécouvrant à quel point il est gravé au plus intime de nous-même, nous appelle à l'imiter et à le porter au cœur de tous les hommes.

Avec ces désirs, je vous accorde ma Bénédiction Apostolique, et je suis heureux de l'étendre à toute la famille eudiste.

Cher Père, n'oubliez pas de prier pour moi. Que Jésus vous bénisse et que la sainte Vierge veille sur vous.

Fraternellement,

Francisco

Par la miséricorde de Dieu, nous commençons cette 66è Assemblée générale de la Congrégation de Jésus et Marie par l’eucharistie, demandant la lumière et les grâces de l’Esprit Saint de sorte que tout ce que nous pensons, disons et réalisons soit pour la plus grande gloire de Dieu et le bien de l’Eglise.

Le thème choisi pour cette Assemblée est “former Jésus”. La formation de Jésus est un des thèmes centraux du livre “phare” de saint Jean Eudes, Vie et Royaume et dont l’importance est exprimée de manière bien claire: “Le mystère des mystères et l'oeuvre des oeuvres, c'est la formation de Jésus, qui nous est marquée en ces paroles de saint Paul : mes Fils, pour qui je souffre les douleurs de l’enfantement jusqu’ à voir Jésus formé en vous (Ga 4, 19)” (O.C. I 271). Paul, comme une mère, sent des douleurs d’enfantement dans la mission de former Jésus en ses fils ; il désire pour chaque baptisé voir Jésus se former dans sa vie ; cela même doit être le rêve de cette 66è Assemblée générale : voir former Jésus en chaque personne de l’Assemblée et en chaque eudiste. Il n’y a rien de plus important, rien de plus grand ni rien de plus urgent.

Les textes bibliques, qui viennent d’être proclamés nous offrent un merveilleux éclairage sur l’action de l’Esprit Saint dans l’Eglise, en général, et en chacun de nous, en particulier, et ils illuminent cette oeuvre de la formation de Jésus, puisque ce n’est qu’avec la puissance de l’Esprit Saint que nous pouvons y arriver (cf. 1Co 12, 3b). Et plus encore, seul l’Esprit Saint peut former Jésus en créature, en être humain. Paul depuis une perspective trinitaire, que saint Jean Eudes assume très bien dans sa spiritualité, fait référence aux charismes, dans un contexte de diversité et d’unité. En effet, il évoque les charismes de l’Esprit Saint, les ministères du Christ (“Unigenito”) et les actions du Père.

Il semblerait que saint Jean Eudes ait eu ce texte très présent à l’esprit quand il parla de la formation de Jésus en nous puisqu’il affirme l’activité de la Trinité dans une telle action : “C'est le plus grand mystère, et le plus grand oeuvre qui se fasse au ciel et en la terre, par les personnes les plus excellentes de la terre et du ciel, c'est-à-dire, par le Père éternel, par le Fils et par le Saint-Esprit, par le très sainte Vierge et par la sainte Église. » (O.C. I 271).

Comme cela est bien connu de tous, ils ne s’agit pas d’une spiritualité limitée aux Eudistes mais dirigée, en général, vers tous les baptisés, comme en écho au verset 7 : “à chacun est donné la manifestation de l’Esprit en vue du bien commun”. Nous sommes tous baptisés en Christ, tous unis en Christ, en un seul corps (vv. 13-14), continuant tous la vie du Christ, ce qui arrive par oeuvre de l’Esprit Saint.

Après avoir clarifié que la formation de Jésus est l’oeuvre la plus grande du Père éternel et que c’est par excellence l’oeuvre du Fils sur la terre, il affirme avec force : “C'est l'opération la plus noble du Saint-Esprit, qui l'a formé dans les sacrées entrailles de la Vierge, laquelle aussi n'a jamais rien fait et ne fera jamais rien de plus digne que lorsqu'elle a coopéré à cette divine et merveilleuse formation de Jésus en elle (O.C. I 272).

Entre autres phrases admirables, saint Jean Eudes affirme : “…la Reine des vierges produit, par l’Esprit Saint, un Fils qui est le Père de sa Mère” (O.C. VI 75), ce qui nous évoque la salutation à Marie, “Mère de Dieu le Fils, Fille de Dieu le Père”. Marie “ coopère à la réalisation du mystère de l’incarnation et, par conséquent au mystère le plus grand que Dieu ait jamais fait et même qu’il puisse faire” (OC VIII, 215), tel que je l’ai déjà rappelé dans ma dernière lettre à la Congrégation, il y a quelques jours.

Comme il agit en Marie, l’Esprit Saint agit également dans l’oeuvre de formation de Jésus en nous : “Le Saint-Esprit a été envoyé en ce monde pour éclairer nos ténèbres, pour allumer le feu de l'amour divin dans nos coeurs, et pour accomplir ce qui manque aux travaux, aux souffrances, à la Passion du Fils de Dieu et à tous ses autres mystère » (O.C. VII 102). Toute notre réalité est alors appelée à être illuminée, incendiée d’amour pour Jésus et Marie, avec la mission de nous convertir en torches qui font flamber dans notre environnement, nos villes, le monde entier, la joyeuse allégresse de cet amour. Mentionnons à titre d’exemple, l’action de l’Esprit dans le Sacrement du “mariage qui donne des fils à Dieu, pour qu’ils le servent et l’honorent sur la terre et l’aiment et glorifient au ciel. ” (O.C. VII 242)

Dans cette action de l’Esprit Saint, se manifeste un objectif très clair dans la spiritualité de saint Jean Eudes, à savoir, la gloire de Dieu : “L’Esprit Saint est le príncipe de toute la sainteté, de toute la grâce et de toute la gloire qui sont au ciel et sur la terre” (O.C. VII 101).

L’oeuvre de l’Esprit Saint, dans la formation de Jésus en nous, suppose comme condition préalable, un processus de néantisation de nous même, de renoncement, que l’Esprit réalise, si nous le lui permettons : “Donnons nous à l’Esprit Saint pour qu’il détruise en nous notre propre esprit, qu’il

nous remplisse de lui-même, prenne possession de nous, nous guide et ouvre et dispose les coeurs de ceux qui nous écoutent” (O.C. III 292). Il affirme clairement que l’Esprit Saint est venu dans le monde pour “faire mourir en nous le vieil homme et former et faire naitre en nous Jésus Christ” (O.C. III 16). Nous savons bien que le processus de formation de Jésus en nous prend sa source dans le baptême: “L’Esprit Saint est là, formant Jésus dans nos âmes” (O.C. I 51). À ce propos, un peu avant, en relation avec le baptême aussi Jean Eudes dit : “L’Esprit Saint est là formant Jésus dans le sein de nos âmes, comme il l’a formé dans le sein de la Vierge”. (O.C. I 517).

La formation de Jésus dans le coeur des chrétiens est aussi “l'ouvrage le plus saint et le plus grand de la sainte Église, laquelle n'a point d'emploi plus relevé que lorsqu'elle le produit en une certaine et admirable manière, par la bouche de ses prêtres, dans la divine Eucharistie, et qu'elle le forme dans les coeurs de ses enfants” (O.C. I 272). La prise de conscience de cette réalité se convertit en une mission et une vocation car pour former le Christ dans le coeur des fidèles, chacun de nous doit le former en lui- même. Dans cette Assemblée Générale, nous sommes invités à ce que chaque député de l’Assemblée chacun de nous prenne ces jours pour en faire un exercice de formation de Jésus en son propre coeur, avec la conscience que, comme au moment de notre baptême, dans cette assemblée aussi, “l’Esprit Saint formant Jésus en nos âmes est présent” (O.C. I 5,17).

L’Evangile présente, dans la version selon saint Jean, l’effusion de l’Esprit Saint. Pour saint Jean, l’effusion de l’Esprit Saint sur les apôtres est le jour même de la Résurrection, ce qui donne une force très spécial ce fait. La première action de Jesus à ce moment est le don de la paix (Shalom), qui n’est pas notre paix mais celle qui vient de Dieu, la paix du coeur, la paix qui donne la sérénité, qui nous remplit d’esprance, qui nous donne une autre visión du monde, qui est l lumière et la bénédiction de Dieu. La paix est le fruit d’une vie dans l’Esprit Saint.

La réaction des disciples manifeste un autre don de l’Esprit, la joie, la joie d’avoir Jésus vivant au milieu d’eux. Joie qui n’est pas du monde, mais joie intérieure, que rien ne peut enlever. C’est donc avec l’effusion de l’Esprit Saint qu’en saint Jean les sacrements sont reliés de manière spéciale : baptême, Eucharistie, Pardon des péchés, tous les éléments décisisfs pour la formation de Jésus. Sa présence au milieu des disciples assure également la présence et l’action del ‘Esprit Saint, et de la paix et de la joie.

La mention du pardon des péchés fait partie de la mission de réconcilier le monde, et ensuite de la continuation de la mission de Jésus : annoncer le royaume, lutter contre le mal, défendre la Vérité, la Lumière de Jésus en tous lieux. C’est la mission que reprend cette Assemblée Générale : mission de Paix, mission de Joie, mission de former Jésus en nous-mêmes et d’assumer cette formation dans les personnes que le Seigneur nous confie, comme une mission d’alllumer en tout coin du monde un feu de grand amour envers Jésus et Marie. L’objectif proposé par saint Jean Eudes est très clair : “nous devons être comme un autre Jésus sur terre pour continuer sa vie et ses oeuvres et pour que nous agissions et souffrions ce qui nous revient saintement et divinement, dans l’esprit de Jésus”. (O.C. I 166)

Puissions-nous, à la fin de cette assemblée, nous exclamer : “Et tous nous nous sommes abreuvés d’un seul Esprit” (1 Cor 12,13). Ainsi nous formerons un seul Corps, le corps eudiste de Jésus à ce moment de l’histoire. En nous abreuvant toujours tous au même unique Esprit, nous formerons Jésus.... Nous ne voulons pas être poussière “ne nous retire pas ton Esprit Saint”. Recréons-nous chaque jour, à chaque instant de notre vie et ainsi la Congrégation sera repeuplée de vrais fils de saint Jean Eudes.

Père Camilo Bernal, Supérieur Général